Château
D’HANTEILLAN
2015

Château
D’HANTEILLAN
2015

Conditions climatiques

À relire, nos notes sur cette année, tout fût idéal enfin presque : l’hiver fût froid permettant un excellent repos végétatif et surtout la neutralisation de la vie parasitaire. Les pluies regonflent les nappes phréatiques, le retour progressif des températures printanières repousse l’éclosion des bourgeons. La période à risque pour les gelées est enjambée sans y penser et fin avril, la pousse de la vigne et les travaux reprennent, harmonieusement, force et vigueur. Mai nous préserve sans difficultés des maladie cryptogames et la floraison de juin est idéale. Les températures sont modérées, sur le début de juin et progressivement elles grimpent. Un premier stress hydrique intervient sur la nouaison, c’est idéal. Nous voyons se dessiner une récolte généreuse, homogène. Il n’est pas nécessaire d’intervenir sur les rameaux ou sur les grappes naissantes. La nature a calibré le vignoble au cordeau. L’été semble sans fin, il fait beau mais le vignoble se dore et résiste bien, sans blocage ni flétrissement. Tout y est, si septembre est raisonnable la prédiction du chiffre 5 pourrait bien se réaliser ! Et non, en septembre, une partie du vignoble médocain bascule vers le côté obscur. En rive gauche ce sera un millésime bifide : tracez une parallèle au 45ième à hauteur de saint julien : au sud c’est l’été indien, au nord c’est l’été… mais à Londres ! 200 millimètres de pluie sur la période de maturité et celle des vendanges !

Présentation du millésime

Pour les adeptes de numérologie viticole, le chiffre 5 est une promesse. 45,55,2005 et 2015. Le grand millésime attendu après 2010 à la gloire insolente. 5 ans c’est long ! Certes, les plus chanceux ont eu le très contrasté 2014 pour patienter, mais à quand le millésime qui rendrait le vigneron fier de son terroir ?

De la vigne au verre

À Hanteillan, c’est du même tonneau qu’à Liversan, à ceci près que le calcaire fait loi. Les sols et les emblavements du vignoble en août surent tamponner l’aléa. Pas totalement c’est certain. Mêmes causes, même effets. Débouchez maintenant nos 2015, ils sont élégants, racés et le goût de « reviens-y » nous fait oublier ce trop-plein d’eau de fin de parcours. Les fruits sont présents, mûrs, l’élevage mesuré en fait un bel ambassadeur des vins contemporains, faciles et complexes.

Dégustation

Le nez est très expressif déjà avant la première aération, le second nez vous renvoie aux confitures de mûres et de cassis. Une pointe florale se devine discrètement.
À la mise en bouche, le vin vous serre les papilles et cette tension vous transmet minéralité et soyeux d’une belle concentration de tanins. En desserrant son étreinte le tanin est souple bien mûr.
La finale, sans fin, est portée par des notes épicées. C’est une véritable vibration qui vous envahit. Un grand vin, dès à présent mais qui saura attendre ; la sucrosité s’effacera progressivement pour faire place à une aromatique plus florale déviant sur la rose fanée très caractéristique des calcaires d’Hanteillan.

Vous apprécierez aussi…

Château Patache d’Aux 2016

Château Capet Guillier 2016

Château Grand Renom 2016